• Synocalycanthus Raulstonii

  • Buddleja Colvilei

  • Liriodendron Tulipifera

  • Parrotia subaequalis

  • Castanopsis fargesii

  • Orites mirtoidea

  • Desfontainia spinosa

Éditorial du bulletin n°62

Notre bulletin est une très bonne publication

    Et ces quelques mots ne sont pas de l’autosatisfaction. Il est reconnu internationalement par l’IDS qui le cite dans son Yearbook et pour l’avoir montré à des collègues, son contenu et sa présentation sont reconnu à leur juste valeur.
    Ce qui fait sa force, c’est sont style pourrait-on dire anglo-saxon, à la fois accessible, vulgarisateur mais toujours de haut niveau. C’est comme cela que je considère ce que nous devons transmettre dans le domaine de la dendrologie. Il faut diffuser des connaissances qui doivent être simples mais complètes et non simplistes, diversifiées dans les thèmes et sans répétition pour autant et considérer tout ce qui touche à l’arbre comme publiable. Par exemple, alerter les propriétaires d’arbres sur les dangers de leurs défauts structurels, sujet inhabituel, exprime une garantie d’un avenir plus serein de notre patrimoine arboré.
    Et c’est ainsi que nous remontons le temps en parcourant l’histoire des chasseurs de plantes ; publions des notes d’illustres piliers de la dendrologie comme Ernest Wilson ; commençons des voyages réalisés en compagnie de membres de l’association, qui sont toujours l’occasion de réfléchir et d’échanger comme en ce lieu si emblématique qu’est l’arboretum Vilmorin ; informer le lecteur d’un événement particulier comme les premières fructifications du singulier Wollemia l’une des plus stupéfiantes découvertes botanique ou de chênes récemment introduits ; analyser le comportement d’un groupe de plantes comme les magnolias et les érables. Et parfois un sujet naît de manière impromptue comme cet après-midi de printemps où je repère de ma voiture un somptueux Sciadopitys verticallata de plus de 10 mètres de haut à la sortie d’une commune de Haute-Vienne.
    Ce qui fait aussi et surtout la qualité de notre bulletin sont les horizons très variés de tous ses contributeurs. Il ya ceux qui ont publier ailleurs et qui nous donnent cette généreuse autorisation d’en faire profiter l’APBF, les rédacteurs réguliers et prolifiques, d’autres qui n’ont pas écrit depuis longtemps mais qui reviendront et ceux qui publient peu… mais peu importe car l’essentiel est dans le contenu.J’en connais aussi qui n’osent pas pour un souci justifié de perfection et n’ont pas encore franchi le pas mais qui le feront un jour avec un résultat qui n’en sera que meilleur.Enfin lors des rencontre botaniques on propose parfois à une personne de venir rejoindre la communauté des rédacteurs passionnés. Tout ceci contribue à faire que notre bulletin est : un événement attendu avec impatience par nos adhérents et qui constitue une mine inépuisable d’inspiration, toujours guidé par des observations de terrain. En cela il se rapporte aux écrits remarquables de René Rol et Jean Pourtet que sont les annales de l’École Nationale des Eaux et Forêts où ils décrivaient le comportement des ligneux de l’arboretum de Barres.
    Mais devant une telle complexité, un tel contenu n’est rien sans pilote dans l’avion. Je ne peux conclure ces lignes sans un dernier état de satisfaction : ce bulletin est de surcroît bien produit, structuré, équilibré et admirablement illustré. Sans une solide équipe rédactionnelle, sans programmation, propositions et relances, il ne serait pas ce qu’il est : une très bonne publication.

Thierry LAMANT

flexible
Halesia diptera var. magnifiera dans l’aboretum de Vilmorin (cf. p. 21)


D'anciens numéros peuvent être demandés
au secrétariat de l'association,
avec un chèque correspondant à 10 € par exemplaire, port compris.
Numéros disponibles :
n°14 à 62, excepté n°27.
Numéro 25/Index : 12 €
Pour un index des arbres et arbustes évoqués dans le Bulletin de l'APBF
de 1979 à 2008 :
cliquer ici.

Cliquez ici pour envoyer cette page à un(e) ami(e)